REVIEW (FR)

La Montagne: “Grande classe!”

Le trio clermontois Hypnotic Wheels  (Tia Gouttebel à la guitare-voix, Marc Glomeau aux percussions et Gilles Chabenat  à la vielle) a reçu mercredi 21 mars  le Coup de coeur de l’Académie Charles-Cros, dans la catégorie Musiques du Monde Créations, pour Muddy Gurdy, son deuxième album, sorti en février février 2018 chez VizzTone. Grande classe!

Depuis la sortie de cet opus, la presse spécialisée en Europe ou au US, n’a de cesse de louer la qualité du travail effectué par le trio. En France idem, pour ne citer que le magazine Les Inrocks: “Muddy Gurdy sort un album à la hauteur des meilleurs héritiers du blues du Mississippi.”

Par Julien Dodon, qui interview Marc Glomeau sur le prix de l’Académie Charles-Cros, sur les louanges sur l’album, venus de partout dans le monde, sur l’historique du projet. A lire dans son intégralité dans La Montagne.

“Le pied” selon Soul Bag

N’allez pas croire que c’est là, comme trop souvent”, une démarche de touristes du blues, venus tirer de musiciens locaux un vernis d’authenticité avant de reprendre l’avion et de les laisser à leurs difficultés. De l’introduction à l’épiloque façon ‘enregistrement de terrain’, la chaleur de ces rencontres humaines donne toute son assise à une création artistique aussi puissante qu’originale, éminemment pertinente dans un contexte culturel actuel où, en France comme aux USA, la substance semble faire de plus en plus défaut. […] Cette oeuvre fait déjà date.

Dans son 230e numéro, d’avril-mai-juin 2018, Soul Bag, par la voix d’Eric Doidy, offre “Le Pied”, la catégorie 5 étoiles du magazine, à Muddy Gurdy, le dernier album d’Hypnotic Wheels, sorti en février, que Tia avec sa “guitare pleine de sève”, Gilles Chabenat avec sa vielle et Marc Glomeau, avec ses “percussions attentives qui apportent encore plus de profondeur” sont partis enregistrer dans le Mississippi en avril et mai 2017.

A lire dans Soul Bag

 

 

A noter que le magazine a intégré dans son 37e CD Soul Bag, un album que reçoivent les abonnés, un titre de Muddy Gurdy, avec Shardé Thomas.

 

“Tout simplement magique” pour Zicazic

 

Muddy Gurdy est sans doute le projet blues le plus surprenant et le plus attachant qu’il nous ait été donné de voir ces dernières décennies et comme pour confirmer une fois encore la bonne santé de notre scène nationale, c’est de France qu’il arrive puisqu’il est né dans l’esprit prolixe d’un trio bien connu chez nous, Hypnotic Wheels, une pépite musicale réunissant rien de moins que la merveilleuse Tia Gouttebel aux guitares et aux voix, Gilles Chabenat à la vielle à roue et Marc Glomeau aux percussions.

Remarqué avec un premier effort éponyme paru à l’automne 2014, le trio n’avait de cesse de préparer une suite encore plus folle, encore plus intense, et c’est en se rendant dans la Mississippi en 2017 qu’il a fini par s’exécuter en enregistrant dans des endroits plus improbables les uns que les autres une quinzaine de titres qui scellent la rencontre de deux mondes, celui de la vielle à roue et de la calebasse africaine d’une part et celui du blues et du Delta de l’autre.

Des invités parmi les plus fameux, la délicieuse Sharde Thomas au fifre et au chant mais aussi les excellents Cedric Burnside, Cameron Kimbrough et Pat Thomas aux guitares et au chant, des prises de son faites sous le porche d’une maison de Como, à Dockery Farms, au Club Ebony ou encore au Highway 61 Museum, le tout sans calcul préalable mais avec à la place une véritable complicité, un incroyable plaisir de jouer et un formidable besoin de partage, c’est en cédant à l’appel des compositions des uns et des autres mais aussi et surtout à quelques classiques revisités à la sauce Muddy Gurdy que la musique parvient à nous enchanter à chaque instant par son côté sincère et roots, par le son bien particulier et le ronronnement sensuel de la vielle à roue que se marie on ne peut mieux aux redondances des vieux blues du Deep South.

Spontanés et riches de tout l’amour que chacun des protagonistes a pour le blues, des titres comme Goin’ Down South, Rollin’ And Tumblin’, Station Blues, Leave Her Alone, Dream ou encore Help The Poor n’en finissent plus de donner le frisson tant ils sonnent vrais et sincères et c’est sur un cadeau qui n’a pas de prix que l’effort se referme avec l’incroyable Highway 61 à peine murmuré par un Pat Thomas plus illuminé que jamais au milieu du vrombissement des moteurs… Fermez les yeux un instant et laissez le charme agir, en une heure de temps «Muddy Gurdy» vous aura donné une raison de plus d’avoir envie de filer à la rencontre de ces gens et de plonger vos mains dans les eaux boueuses du Mississippi.

Tout simplement magique!

Par Fred Delforge. A lire dans le “zicazine” Zicazic.

 

Muddy Gurdy invité à enregistrer à RFI

Le trio d’Hypnotic Wheels / Muddy-Gurdy, Tia Gouttebel à la guitare et au chant, Gilles Chabenat à la vielle et Marc Glomeau aux percussions et aux choeurs, a été invité à participer à l’émission “Musiques du Monde” de Laurence Aloir sur Radio France International. Quel titre? A découvrir lors de la diffusion, fin mars.

 

“Une place de choix dans toute discothèque”

 

Notre magazine préféré, dans son n°57, nous narra tous les détails du projet Muddy Gurdy et sa réalisation. Quelques images diffusées sur les réseaux sociaux nous avaient mis l’eau à la bouche. Le disque tant attendu est enfin disponible avec une diffusion internationale grâce au label Vizztone.

Hanté par le puissant North Mississippi Hill Country blues, le trio auvergnat Hypnotic Wheels (Tia Gouttebel: chant et guitare, Marco Glomeau: percussions et Gilles Chabenat: vielle à roue ou hurdy gurdy en anglais) est allé à la rencontre de quelques talentueux musiciens du cru, enfants gâtés des Muses, portant à fleur d’âmes les souvenirs de leur enfance: Sharde Thomas, Cedric Burnside, Cameron Kimbrough et Pat Thomas, dont les illustres ancêtres visitent souvent nos rêves.

La gageure d’allier deux cultures populaires, la musique française traditionnelle avec l’utilisation d’une vielle à roue et le blues hypnotique des environs de Como, Mississippi, où plane l’ombre du grand Mississippi McDowell, est très réussie. L’entente établie entre ces deux mondes enregistrés sur une véranda, sous un porche ou dans un juke-joint (Club Ebony à Indianola) les valorise mutuellement.

Ainsi découvre-t-on une face inattendue de la vielle à roue. Cet instrument sonne parfois comme un violon; il donne de la densité à Dream, chanson interprétée par Pat Thomas. Cedric Burnside a délaissé la batterie pour la guitare acoustique; il se taille la part du lion avec quatre titres, dont deux de son grand-père R.L. et une composition personnelle: That Girl IS Bad. La très bonne chanteuse Sharde Thomas, petite fille d’Otha Turner, nous enchante avec sa flûte de ses mains fabriquée. Le dialogue vielle-flûte sur Station Blues est savoureux. Cameron Kimbrough, petit-fils de Junior Kimbrough, est très à son avantage sur ses deux chansons. Très prometteur, il mérite d’être produit par un label important. N’oublions pas la très grande qualité des interprétations de She Wolf (Jessie Mae Hemphill), Shake’Em On Down (Fred McDowell) et Help The Poor (Charles Singleton) que donnent – inspirés par le cadre de Dockery Farm– Hypnotic Wheels et sa chanteuse-guitariste Tia Gouttebel, une des meilleures artistes de la scène blues actuelle.

Ce disque, à la hauteur des ambitions de ses concepteurs, mérite une place de choix dans toute discothèque de blues.

Par Gilbert Guyonnet. A lire dans son intégralité sur ABS Magazine.

“Un inattendu pont aérien”

Voici l’aboutissement des aventureuses rencontres auxquelles se prète depuis quatre bonnes années notre chère Tia Gouttebel, flanquée de ses complices Marc Glomeau (percussions) et Gilles Chabenat (vielle à roue). Une vielle dans le blues…? Cette idée pas si incongrue s’est imposée quand cet instrument, issu du folklore des terroirs français, s’est frotté au blues guère moins rural du North Missisippi Hill County américain. […]

Cette généalogie se confirme dès leur nouvelle adaptation du “Going Down South” de RL Burnside, qu’on jurerait ici interprété avec le concours de musiciens maliens.

Cedric Burnside (petit fils de RL), Cameron Kimbrough (petit-fils de Junior), Pat Thomas (fils de James “Son” Thomas) et Shardé Thomas (petite fille d’Otha Turner) font mieux qu’apporter leur caution, et participent activement à ce projet qui scelle un inattendu pont aérien entre notre Massif Central et les collines du Nord-Mississippi.

Des classiques tels que “Glory Glory Hallelujah” sont ainsi exécutés dans la veine “fife and drum” dont on prétendit Otha Turner le dernier représentant. Son propre “Station Blues” (relecture du traditionnel “Sitting On Top Of The World”) est ici célébré par la flûte aérienne de Shardé Thomas et les percus de Marc Glomeau.

Les ombres tutélaires de Jr Kimbrough, Jessie Mae Hemphill, McKinley Morganfield et Fred McDowell surplombent de bout en bout cette splendide rondelle des Hypnotic Wheels, rappelant à point nommé que le blues appartient de plein droit aux musiques du monde.

Par Patrick Dallongeville, dans Paris Move, à propos de Muddy Gurdy.  

“Un blues juteux, vivant, dynamique qui s’éclate”

A la base, ils sont trois à s’être réunis autour des roues hypnotiques de Gilles Chabenat. Lui-même et sa vielle, Tia Gouttebel à la guitare et au chant et Marc Glomeau aux percussions. L’idée était de s’autoriser une rencontre entre certaines traditions françaises et le blues de la région des collines du nord Mississippi. Avec un rôle particulier pour la vielle à roue qui explore le blues comme une seconde guitare, mais pas n’importe quelle guitare. Après tout, Davy Spillane a joué aussi quelques beaux blues sur son uillean pipes.

Le trio a sorti un premier CD en 2014. Puis Marc Glomeau est venu avec une idée de génie (si je puis me permettre!): partir dans le Mississippi pour y enregistrer avec les musiciens du cru, ceux de ce qu’on appelle la Hill Country. A savoir d’étonnantes pointures issues de familles non moins étonnantes: les Burnside, dont on retrouve Cedric dans cet enregistrement, les Kimbrough, représentés ici par Cameron, les Thomas dont Pat ici présent prolonge le souffle de son père. Et, cerise sur la gâteau, nous avons aussi la chance de retrouver ici Shardé Thomas, la petite fille de Otha Turner grand maître de la musique de fifres et tambours de la région.

C’est la tradition dans toute sa splendeur et dans toute son actualité. Un blues juteux, vivant, dynamique qui s’éclate avec un naturel fou dans cette rencontre avec le trio français. Il faut dire que Tia Gouttebel n’est pas née de la dernière pluie du sud des USA. L’alchimie se fait. Les percussions s’arc-boutent à la perfection pour entraîner le tout et la vielle à roue se fait lancinante à souhait, elle se coule dans la boue du grand fleuve n’usurpant aucunement le très beau titre de muddy gurdy.

Quant aux comparses du coin, ils viennent chacun avec guitare et voix pousser ce blues qui leur coule dans les veines avec la même densité que ce fameux fleuve qui coule dans leurs terres. Et puis Shardé Thomas surgit fifre aux lèvres, voix au cœur. Glomeau lui donne ce qui lui faut de rythmique chaloupée et les autres enchaînent en parfaite cohésion. L’histoire des musiques du sud apparaît en filigrane, les souvenirs des anciens remontent, la tradition passe en un souffle chaud. Le chant de Shardé nous fait comprendre à quel point elle a pris de l’assurance depuis quelques années et la vielle de Gilles lui assure un superbe écrin dans Shawty Blues et dans Glory Glory Hallelujah. Il fait de même dans Dream avec cet étonnant personnage qu’est Pat Thomas, certes pas évident à accompagner dans son blues aussi déjanté que sa vie. […]

 

Croyez-moi, il y a longtemps que je n’ai pas écouté un disque aussi réussi! Et pourtant, j’ai fait ce voyage aussi à la rencontre de cette pépinière de musiciens du Mississippi, avec feu mon grand ami Jean-Pierre Urbain salué dans les notes de ce disque. Rien n’est trahi, rien n’est forcé, cette rencontre est parfaite. Comme si elle devait avoir lieu. Les musiciens des deux côtés de l’Atlantique s’écoutent et s’amusent d’une même compréhension de ce qu’est cette musique : une des bases essentielles de ce qui fait vibrer le monde depuis quasi quatre vingt ans.

Chez moi, du côté de Liège, on dit: Oufti qu’c’est bon!

Par Etienne Bours. A lire en entier sur 5 Planètes, le monde de musiques. 

Dans la playlist des Inrocks du 7 février

Stéphane Deschamps, qui avait chroniqué Muddy Gurdy dans les Inrocks du 31 janvier, a intégré Station Blues, que le trio d’Hypnotic Wheels a enregistré avec Sharde Thomas à Como, dans le Mississippi, dans sa playlist du 7 février.

A écouter ici:

Et à commander là:

“Une superbe réussite, une belle rencontre”

C’est un projet superbe et ambitieux…. Au pays des volcans, trois musiciens Tia Gouttebel (guitare, voix), Gilles Chabenat (vielle) et Marc Glomeau (percussion) cherchent à mettre en valeur un instrument traditionnel ancien, la vielle (hurdy gurdy en anglais) et comme ils ont des affinités avec la musique américaine, ils décident de rapprocher les deux univers. Ils partent avec leurs instruments dans le Hill Country, cet endroit magique dans le Mississippi au Sud de Memphis où des musiciens de la nouvelle génération cherchent à maintenir l’héritage du blues rural en le modernisant. […]

Cet album est une superbe réussite, c’est une belle rencontre de deux univers ruraux. Que serait devenue la musique américaine si les immigrants avaient emporté dans leurs bagages des vielles? La réponse à la question est dans ce disque attachant.

Michel Bertelle, alias Bayou, diffuse également sa chronique sur Muddy Gurdy, un album qui est “une superbe réussite”, dans Forces parallèles, Chroniques éclectiques

“A découvrir en soutenant des musiciens ambitieux”

Etonnant disque de Tia Gouttebel et de son trio (français!) Hypnotic Wheels enregistré dans le Delta avec des musiciens locaux prestigieux comme Cedric Burnside. A découvrir en soutenant des musiciens ambitieux.

Par Gerard Herzhaft, auteur de La Grande Encyclopédie du blues.