REVIEW (FR)

RFI: “Les vœux de la vielle”

Photo Christian Rose / RFI

Emporter une vielle à roue, instrument moyenâgeux français, au cœur du Mississippi est une idée qui peut paraître saugrenue… Ce fut pourtant le vœu de trois musiciens français bien décidés à retrouver, dans le blues rural américain, la qualité ancestrale d’une expressivité commune. C’est ainsi qu’est né Muddy Gurdy! Ce projet, imaginé par Marc Glomeau, Gilles Chabenat et Tia Gouttebel, tente un dialogue musical avec la culture sudiste et ses meilleurs représentants actuels.

Joe Farmer a invité le trio Hypnotic Wheels à présenter leur album Muddy Gurdy lors de son émission “L’Epopée des musiques noires” sur RFI. “Un défi que trois téméraires virtuoses français ont su relever avec pertinence et sensibilité”, a-t-il ajouté. 

Une séquence titrée “Les vœux de la vielle” à découvrir ce dimanche 10 février:

“A découvrir de toute urgence!”

Quand une vielle à roue auvergnate rencontre le bluegrass des bayous, ça donne quoi? Du bon son, de l’ambiance, un groupe étonnant et détonnant, Hypnotic Wheels qui a mis le feu dimanche dernier à la scène de La Maroquinerie! Leur album «Muddy Gurdy» est à découvrir de toute urgence!

Par Gaëlle Le Targat, qui a partagé ses photos du concert en ligne

 

Le Figaro: “Pour transcender le blues”

Dimanche, pour réchauffer les coeurs résonneront […] le blues atypique du groupe Muddy Gurdy. Ce dernier compte parmi ses trois musiciens un joueur de vielle à roue, un instrument à cordes médiéval originaire du centre de la France, utilisé ici pour transcender le blues. Une soirée pour vivre la diversité de ce que peut offrir le blues, entre traditions et réinventions.

Dans Le Figaro, avant le concert de Muddy Gurdy ce dimanche 3 février à La Maroquinerie, à Paris.

“Trois musiciens magnifiques et un son énorme”

Masters of the Blues.

Les fascinants Muddy-Gurdy ce soir à La Maroquinerie. Trois musiciens magnifiques et un son énorme.

– Emmanuel Tellier, journaliste à Télérama

France Inter: “Un blues de transe, un blues de répétition”

Muddy Gurdy, c’est un groupe français, un trio auvergnat même. Il y a une vielle dans le groupe. Ils ont enregistré leur album dans le Mississippi. Et ils invitent ici le bluesman Cedric Burnside, que vous entendez chanter. Cedric Burnside, petit-fils d’un autre bluesman, RL, pour Robert Lee, Burnside. Et voilà Muddy Gurdy et Cedric Burnside réunis autour d’une certaine idée du Hill Country Blues, un blues de transe, un blues de répétition. Ils sont à l’affiche du festival Les Nuits de l’Alligator.

Matthieu Conquet a programmé une chanson de Muddy Gurdy dans son émission Interférences du samedi 2 février, avant le concert du groupe à La Maroquinerie, à Paris, le 3 février, à Stéréolux, à Nantes, le 5 février, et à L’Astrolabe, à Orléans, le 6 février, dans le cadre des Nuits de l’Alligator.

A écouter à partir de 58’50”:

Les Temps du Blues: “projet très original”

En deuxième partie, pour la rubrique «En tournée», j’évoque le projet très original «Muddy-Gurdy» du groupe français Hypnotic Wheels (qui compte dans ses rangs un joueur de vielle à roue), réalisé sur les terres du Hill Country Blues dans le Mississippi.

Daniel Léon, Les Temps du Blues.

Cela commence à 6’40”:

Le Parisien: “Reconnaissance scénique largement méritée”

Sorti par un label américain, l’album du trio auvergnat Muddy Gurdy a reçu tous les honneurs, y compris au pays du blues. Et c’est normal: ce très bon disque, ils l’ont enregistré dans le Nord du Mississippi avec des légendes locales (Cedric Burnside, Shardé Thomas…), et surtout avec leur vielle à roue. Oui, leur vielle à roue. Muddy Gurdy invente la rencontre de deux traditions qui ont en commun la terre, le rythme, la transe, l’étincelle et aussi l’amour. Leur tournée aux Nuits de l’Alligator devrait leur apporter une reconnaissance scénique largement méritée.

Dans Le Parisien, avant le concert de Muddy Gurdy le 2 février au 106 à Rouen dans le cadre des Nuits de L’Alligator. 

 

“Inratable” selon Télérama

Inratable, la première soirée traverse à elle seule trois continents, avec J.P. Biméni, soulman anglais originaire du Burundi; Ann O’aro, nouvelle sensation abrasive et viscérale du maloya réunionnais; et le trio Muddy Gurdy, dont la vielle à roue a voyagé de l’Auvergne au Mississippi.

Anne Berthod, Télérama

“Un blues sale et percussif à faire tanguer le cœur”

Que du très, très bon pour cette unique nuit de blues parisienne, qui réunit le soulman anglais J.P. Bimeni, l’exilé du Burundi qui chante comme Charles Bradley; la Réunionnaise Ann O’Aro, poète créole grinçante, qui exorcise dans le maloya les violences du corps et les écorchements de l’âme; et, pour finir, le trio auvergnat Muddy Gurdy, qui a fait rouler sa vielle jusque dans le Deep South américain et nous revient avec un blues sale et percussif à faire tanguer le cœur.

Anne Berthod, dans le supplément Sortir Grand Paris, de Télérama

Télérama donne ffff à Muddy Gurdy!

Dans le sillage des frottements de la vielle française, on s’enfonce ainsi dans le Deep South américain, avec quelques “fils de” tels Cedric Burnside et Shardé Thomas. Capté dans son jus, dans les bars et les fermes, avec croassements, bruits d’orage et de bitume mouillé, ce blues percussif (des reprises) qui sent la bière et le foin coupé nous fait salement tanguer le cœur.

ffff. C’est la note donnée par Anne Berthod à Muddy Gurdy dans Télérama du 9 janvier.

Le trio, Gilles Chabenat à la vielle, Tia Gouttebel au chant et à la guitare et Marc Glomeau, aux choeurs et aux percussions, est plus motivé que jamais pour la tournée des Nuits de l’Alligator qui se profile: six dates à partir de fin janvier, qui les mèneront de La Rochelle à Orléans, en passant par Cenon, Rouen, Paris et Nantes.