“Un blues juteux, vivant, dynamique qui s’éclate”

A la base, ils sont trois à s’être réunis autour des roues hypnotiques de Gilles Chabenat. Lui-même et sa vielle, Tia Gouttebel à la guitare et au chant et Marc Glomeau aux percussions. L’idée était de s’autoriser une rencontre entre certaines traditions françaises et le blues de la région des collines du nord Mississippi. Avec un rôle particulier pour la vielle à roue qui explore le blues comme une seconde guitare, mais pas n’importe quelle guitare. Après tout, Davy Spillane a joué aussi quelques beaux blues sur son uillean pipes.

Le trio a sorti un premier CD en 2014. Puis Marc Glomeau est venu avec une idée de génie (si je puis me permettre!): partir dans le Mississippi pour y enregistrer avec les musiciens du cru, ceux de ce qu’on appelle la Hill Country. A savoir d’étonnantes pointures issues de familles non moins étonnantes: les Burnside, dont on retrouve Cedric dans cet enregistrement, les Kimbrough, représentés ici par Cameron, les Thomas dont Pat ici présent prolonge le souffle de son père. Et, cerise sur la gâteau, nous avons aussi la chance de retrouver ici Shardé Thomas, la petite fille de Otha Turner grand maître de la musique de fifres et tambours de la région.

C’est la tradition dans toute sa splendeur et dans toute son actualité. Un blues juteux, vivant, dynamique qui s’éclate avec un naturel fou dans cette rencontre avec le trio français. Il faut dire que Tia Gouttebel n’est pas née de la dernière pluie du sud des USA. L’alchimie se fait. Les percussions s’arc-boutent à la perfection pour entraîner le tout et la vielle à roue se fait lancinante à souhait, elle se coule dans la boue du grand fleuve n’usurpant aucunement le très beau titre de muddy gurdy.

Quant aux comparses du coin, ils viennent chacun avec guitare et voix pousser ce blues qui leur coule dans les veines avec la même densité que ce fameux fleuve qui coule dans leurs terres. Et puis Shardé Thomas surgit fifre aux lèvres, voix au cœur. Glomeau lui donne ce qui lui faut de rythmique chaloupée et les autres enchaînent en parfaite cohésion. L’histoire des musiques du sud apparaît en filigrane, les souvenirs des anciens remontent, la tradition passe en un souffle chaud. Le chant de Shardé nous fait comprendre à quel point elle a pris de l’assurance depuis quelques années et la vielle de Gilles lui assure un superbe écrin dans Shawty Blues et dans Glory Glory Hallelujah. Il fait de même dans Dream avec cet étonnant personnage qu’est Pat Thomas, certes pas évident à accompagner dans son blues aussi déjanté que sa vie. […]

 

Croyez-moi, il y a longtemps que je n’ai pas écouté un disque aussi réussi! Et pourtant, j’ai fait ce voyage aussi à la rencontre de cette pépinière de musiciens du Mississippi, avec feu mon grand ami Jean-Pierre Urbain salué dans les notes de ce disque. Rien n’est trahi, rien n’est forcé, cette rencontre est parfaite. Comme si elle devait avoir lieu. Les musiciens des deux côtés de l’Atlantique s’écoutent et s’amusent d’une même compréhension de ce qu’est cette musique : une des bases essentielles de ce qui fait vibrer le monde depuis quasi quatre vingt ans.

Chez moi, du côté de Liège, on dit: Oufti qu’c’est bon!

Par Etienne Bours. A lire en entier sur 5 Planètes, le monde de musiques.